5 pratiques de bon sens que vous devez connaître

Poulailler

L’accession à la propriété est de plus en plus populaire notamment à la campagne, car les gens apprennent certaines des techniques utilisées dans le passé pour plus d’économies, plus d’autonomie et vivre de leurs récoltes.

Le fait de dépendre davantage de la terre est un principe cher aux traditions depuis la nuit des temps. Beaucoup de ces compétences sont en train de disparaître à mesure que le monde devient plus dépendant des aliments achetés en magasin et des systèmes technologiques alimentaires modernes.

Il existe différents niveaux d’exploitation des terres, car tout le monde ne vit pas à la campagne, et il existe donc de nombreuses tendances d’exploitation des terres notamment en milieu urbain

Dans cet article, nous examinons les principales compétences que vous devez connaître en matière d’exploitation des terres, que vous viviez dans une zone urbaine ou rurale.

Quel que soit votre mode de vie, il est important de conserver ces compétences patrimoniales et ces pratiques d’autosuffisance. Voici 6 compétences et pratiques patrimoniales qui doivent être ranimées et maintenues en vie.

Cultiver la terre


Bien que cela puisse prendre d’autres formes, comme la chasse, la pêche et l’élevage, le jardinage et la culture est une compétence essentielle que la plupart des gens ne maitrisent pas.

Pour être un bon jardinier et cultiver suffisamment de nourriture pour se nourrir, il faut bien comprendre les conditions du sol, la température, les niveaux de nutriments et d’humidité. Après tout, un jardinier se concentre sur des plantes saines, un jardinier plus attentif se concentrera tout d’abord sur la façon d’avoir un sol sain.

Il faut également avoir un sens de l’observation pour observer les changements dans les graines, les semis et les plantes au fur et à mesure de leur maturité afin de repousser les infestations et les maladies qui peuvent décimer une culture.

En outre, il faut savoir comment éviter les problèmes sans avoir recours à des produits chimiques. Savoir quels types de contrôles naturels et biologiques peuvent être utilisés pour sauvegarder votre récolte est une compétence essentielle pour les exploitations agricoles.

Un bon jardinier doit également comprendre les taux de germination des graines pour savoir quand les graines sont viables. Il doit aussi connaître le moment de la germination, de la croissance et de la maturation des plantes pour savoir quand s’attendre à des récoltes et quand remplacer les cultures par les suivantes pour obtenir des récoltes tout au long de la saison.

Il est important pour les jardiniers de savoir quelles sont les cultures qui poussent le mieux dans leurs conditions. Le terroir est l’ensemble de tous les facteurs environnementaux qui affectent une culture, y compris les contextes environnementaux uniques, les pratiques agricoles et la localisation spécifique d’une culture. Collectivement, ces caractéristiques contextuelles sont dites de “caractère”. Une tomate cultivée sur ma terre peut pousser et avoir un goût différent de celle qui est cultivée dans un jardin d’une autre région.

Une autre compétence est la rotation des cultures. Dans une situation de monoculture, les agents pathogènes d’origine végétale peuvent se développer et le sol peut s’épuiser. Une rotation planifiée des cultures peut donc réduire la contamination du sol et empêcher la perte de minéraux et de nutriments spécifiques.

Des livres entiers sont écrits sur le thème du jardinage, il y a donc toujours de nouvelles choses à apprendre.

La conservation des aliments sans l’utilisation d’énergie

Une fois que vous avez cultivé et récolté votre nourriture, suit le processus de stockage et de conservation. En supposant que vous ne puissiez pas tout consommer en une fois, vous devez disposer de méthodes pour stocker et/ou conserver la nourriture.

Le moyen le plus courant est la technologie moderne de réfrigération et de congélation. Mais il s’agit d’une technologie relativement moderne. Les réfrigérateurs à usage domestique ont été inventés en 1913. En 1923, Frigidaire a introduit le premier appareil autonome. Avant cela, des glacières étaient utilisées. Dans la longue histoire de l’agriculture, il existe de nombreuses méthodes de conservation, en voici quelques-unes pour aider à stocker les aliments sans utiliser d’énergie.

La salaison et le séchage des aliments

L’une des plus anciennes méthodes de conservation, la salaison, peut être effectuée par divers procédés de conservation et d’aromatisation des aliments tels que la viande, le poisson et les légumes, par l’ajout de combinaisons de sel, de nitrates ou de sucre, dans le but d’extraire la plus grande partie de l’humidité des aliments par le processus d’osmose. Outre le salage, de nombreux processus de salaison impliquent également le fumage ou la cuisson des aliments, en particulier des viandes ou du poisson.

Le séchage des aliments permet de réduire la teneur en eau des aliments, créant ainsi un environnement inhospitalier pour la croissance des microbes qui provoquent l’altération des aliments.

L’utilisation d’une cave ou d’un garde-manger

Certains aliments peuvent être conservés simplement dans un garde-manger ou une cave. Si vous avez la chance de disposer d’un espace frais, sombre et sec, vous pouvez stocker des légumes-racines tels que les carottes et les panais ainsi que les courges et les légumes durs en général.

Pour bien conserver les carottes, il faut les ranger dans des couches de papier et les glisser dans du sable humide (et non mouillé). Les courges à peau dure doivent être séchées au soleil pendant quelques jours avant d’être stockées. Une fois à l’intérieur, elles doivent être nettoyées avec une solution d’eau dans laquelle on a mélangé quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (tea tree). Les courges sont essuyées avec cette solution qui élimine les spores de champignons qui peuvent provoquer une détérioration précoce.

Comment utiliser la fermentation à bon escient

La fermentation est l’une des plus anciennes méthodes de transformation et de conservation des aliments dans le monde. Il s’agit du processus de conversion ou de cuisson des aliments par le biais de bactéries qui transforment les acides et autres composés en sucres. D’autres articles traiteront de ce sujet sur le blog.

Faire son propre pain


D’autres compétences qui devraient avoir une place prépondérantes dans nos capacités sont de savoir faire son propre pain et son propre fromage. Ces aliments de base sont simples à fabriquer et sont bien plus sains que tout ce que vous pouvez acheter dans un magasin.

La plupart d’entre nous ont accès aux produits de base pour faire du pain et ce que vous pouvez faire dans votre propre cuisine, même avec la recette la plus simple et les ingrédients les plus courants, sera de loin supérieur à tout ce que vous pouvez acheter dans un supermarché.

Comment faire son pain ?

Voici une recette pour préparer deux grands pains.

  • 5 1/2 à 6 tasses de farine tout usage
  • 2 1/2 cuillères à café de levure sèche active
  • 1 1/2 cuillère à café de sel
  • 2 tasses d’eau chaude (110 degrés F)
  • farine de maïs
  • 1 blanc d’œuf
  • 1 cuillère à soupe d’eau

Dans un grand bol, mélangez 2 tasses de farine, de la levure et du sel. Ajoutez 2 tasses d’eau chaude et battez à l’aide d’un batteur électrique muni d’un crochet à pâte à vitesse lente ou moyenne pendant 30 secondes. Battez à haute vitesse pendant 3 minutes. Mettez le batteur électrique à basse vitesse et ajoutez le reste de la farine (tasse par tasse) jusqu’à ce qu’elle soit incorporée.
Sur une surface légèrement farinée, pétrissez suffisamment de farine pour obtenir une pâte ferme, lisse et élastique. Pétrissez pendant 8 à 10 minutes au total. Former une boule. Placez la pâte dans un bol graissé et tournez une fois. Couvrir et laisser lever dans un endroit chaud jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume.
Enfoncez la pâte et la diviser en deux. Démoulez sur une surface légèrement farinée. Couvrez et laissez reposer pendant 10 minutes. Abaissez chaque moitié en un rectangle de 15 x 10 pouces. Roulez, en commençant par le côté long. Humidifier le bord avec de l’eau et sceller. Les extrémités doivent être coniques.

Graissez légèrement une grande plaque de cuisson. Saupoudrez de farine de maïs. Placez les pains, côté couture vers le bas, sur la plaque de cuisson préparée. Battez légèrement le blanc d’œuf avec 1 cuillère à soupe d’eau et le badigeonner. Couvrez avec un chiffon humide. Préchauffez le four à 375 degrés F. Laissez lever jusqu’à ce que la température ait presque doublé, 35 à 40 minutes.
Avec un couteau très aiguisé, faites 3 ou 4 coupes diagonales d’environ 1/4 de pouce de profondeur sur le dessus de chaque pain. Faites cuire pendant 20 minutes. Badigeonner à nouveau avec le mélange de blanc d’oeuf. Faire cuire pendant 15 à 20 minutes supplémentaires, ou jusqu’à ce que le pain soit testé. Si nécessaire, recouvrir d’une feuille d’aluminium sans serrer pour éviter qu’il ne brunisse trop. Retirer de la plaque à pâtisserie et laisser refroidir sur une grille.

Apprendre à coudre et à raccommoder

Quelques mètres de tissu sont nettement moins chers qu’une chemise neuve même si elle n’est pas chère. Connaître les bases de la couture à la machine ou à la main est l’essence même de l’autonomie.

Il n’est pas nécessaire de payer cher pour avoir une machine à coudre performante. Et pour coudre à la main, il existe bon nombre de tutoriels en vidéo et de livres sur le sujet !

L’élevage de poules

L’élevage de poules permets de se fournir en œufs frais. Par ailleurs leur déjection fournissent un incroyable accélérateur de compost

Je vous recommande de lire et d’apprendre quelles races sont bonnes pour votre région (été et hiver) ainsi que le type et la couleur des œufs que vous souhaitez (il y a tout un arc-en-ciel). En outre, vous devrez vérifier la réglementation en vigueur dans votre région concernant le nombre de poules pouvant être élevés, l’emplacement du poulailler etc…

Vous devez également leur fournir un abri (intérieur et extérieur) contre les intempéries et les prédateurs. Je vous suggère de faire des recherches sur les poulaillers à acheter ou, si vous êtes habile, vous pouvez construire votre propre poulailler à partir de zéro !

Leur alimentation doit être équilibrée et bio, ne l’oubliez pas et les poules doivent disposer d’une réserve d’eau fraiche et propre.

J’espère que ces quelques compétences bien souvent oubliées vous donneront envie de les maitriser !